Articles classés dans la catégorie : NDDL

Lyon- Turin : Fermement opposé à ce grand projet inutile et imposé.

Soutien aux opposants au Lyon- Turin : le 11 mai 2021,

Lyon-Turin : Le Parti de Gauche toujours fermement opposé à ce grand projet inutile et imposé.

Le projet de liaison ferroviaire à grande vitesse (LGV) Lyon-Turin est au point mort mais fait pourtant encore l’actualité à travers le reniement de certains prétendants écologistes.

Le chantier sera pourtant destructeur de l’environnement, de terres agricoles, de l’équilibre hydrologique des vallées, et producteur d’une quantité immense de déblais à évacuer par camions. Avec les opposants au projet nous demandons d’utiliser dès à présent la ligne existante via le tunnel du Mont Cenis (rénovée et mise au gabarit européen en 2012, pour près de 1 milliard d’euros), et de mettre les camions sur les trains dès Ambérieu, en utilisant les plateformes de chargement actuellement désaffectées et en aidant les transporteurs à adapter leur parc pour ce mode de transport moins polluant.

Le coût global est estimé à 30 milliards d’euros, pour une mise en service prévue en 2029 ! Mais les financements ne sont toujours pas disponibles ! La Direction du Trésor, l’Inspection des Finances, le Conseil Général des Ponts et Chaussées, la Cour des Comptes à plusieurs reprises, la Direction de la SNCF… Lire la suite »

NDDL : Nous avons perdu la consultation du 26 juin, oui. Avons nous perdu tout droit à nous opposer ? Non.

Tribune de Françoise Verchère, coprésidente du CéDpa (Collectif d’Elu-e-s Doutant de la Pertinence de l’Aéroport) et militante du Parti de Gauche Bouguenais (44).

 

Nous avons perdu la consultation du 26 juin, oui. Avons nous perdu tout droit à nous opposer ? Non.
Depuis le 27 juin, on entend en boucle cette critique prévisible : « Vous avez perdu, vous devez respecter le suffrage universel, vous portez un mauvais coup à la Démocratie en continuant votre opposition. »
Cette réaction n’est pas étonnante, elle paraît même au premier abord « logique », mais pour ne pas rester à la surface des choses, la pensée mérite toujours un peu de temps, de raisonnement et plus de 140 caractères… Essayons donc d’y voir plus clair.
1) Première critique : on nous renvoie à l’épisode encore douloureux du referendum de 2005 sur la constitution européenne. Le peuple vote « Non », et l’on bafoue son vote quelques mois plus tard en faisant adopter par le parlement le traité de Lisbonne qui permet l’essentiel de ce qui était inscrit dans la constitution refusée. Que ce scandale démocratique réel soit utilisé pour discréditer notre position est d’une parfaite mauvaise foi…. Lire la suite »